Vous trouverez en toute fin de blog ,
classés par ordre alphabétique ,
tous les libellés des billets publiés
L'histoire du chemin sera réécrite
par chaque personne
qui s'y engagera
Andy Goldsworthy

Translate

dimanche 22 novembre 2015

Les bergeries du Contadour " Jas des Terres du Roux , les bergeries des Fraches , le Jas des Agneaux , la bergerie des Chouscles , Le Pape , le Jas de la Bouscarle , chemin et chefs d'oeuvre de la pierre sèche Alpes de Haute Provence " clichés et diaporama "

Le Jas des Terres du Roux , a été  classé monument historique en 1993
Ci-dessous diaporama légendé 
Le Jas des Terres du Roux  a été restauré par les chantiers de l'APARE 
Le Jas des Terres du Roux , est composé d'une bergerie de 15 m de long à quatre coupoles en encorbellement , d'une cabane de berger carrée , d'une citerne récupérant les eaux de pluie de  la toiture de la bergerie et d'un mur d'enclos , cette bergerie est toujours en activité ( diapo ) 
Ce jas est entièrement réalisé en assemblage de pierres sèches , datant des XVIII-XIX ème siècle 
C'est un modèle de réalisation et de nombreux complexes pastoraux de la montagne de Lure sont conçus sur ce modèle ex : le Jas de la Bouscarle  dans le même périmètre ( diapo ) ou comme le  Jas de la Gardette ( les Jas de Chapellane )  qui feront  l' objet  d'un billet 
L'intérieur de la bergerie est exceptionnel , elle est compartimentée en quatre éléments oblong , recouverts chacun d'une coupole en encorbellement ,   reposant sur des arcs diaphragmes , plein cintre , scellés au mortier , avec de petites ouvertures d'aération  verticales ébrasées vers l'intérieur , dans les parois Le sol est recouvert de paille  ce qui laisse à penser qu'elle est toujours en activité et occupée par les bergers 
La toiture recouvertede lauzes à quatre pans ne se laisse pas deviner quant à son architecture intérieure Cette toiture permet de rejeter l'eau de pluie vers l'extérieur  sur une corniche où ,  était installé en dessous une gouttière recueillant ces eaux de pluie  , pluie qui alimentait la citerne cylindrique de la bergerie ( diapo ) 

La bergerie 

La bergerie 
Intérieur de la bergerie des Terres du Roux 
Intérieur de la bergerie des Terres du Roux 


L'une des deux bergeries des  Fraches :  celle-ci est dite en "tunnel "
Cette  bergerie est construite selon le principe de la voûte en berceau dite " tunnel " elle mesure 20 m de long pour 3.40 m de large , le soubassement sur 1.50 m est réalisé par empilement de pierres sèches , puis des corbeaux sont mis en place pour soutenir l'installation d'un coffrage en bois , qui sera déplacé au fur et à mesure de l'avancement de la voûte du tunnel , du fait de leur conception , ces bergeries sont plus longues , mais moins larges que celles en coupole 


Intérieur de la  bergerie  des Fraches dite en "tunnel "
Bergerie des Fraches dite en "tunnel " 



La deuxième bergerie des Fraches  en "arcs" 
Celle-ci en arc est encore différente  des deux précédentes 
On peut voir quatre arcs de pierres jointées au mortier , partent du sol , qui sont inclus dans l'épaisseur des murs 
La toiture  à deux pans , avec une panne faîtière dont il ne reste que quelques poutre , était recouverte de tuiles canal , remplaçant les lauzes plus lourdes 
Une pièce et une cabane de berger se trouvaient à l'entrée de la bergerie ( diapo ) et se sont complètement effondrées 





Borie proche des bergeries des Fraches 


Le Jas des Agneaux !
Dommage qu'il ne soit plus que ruines , car ce fut  l' un des lieux  de tournage du film Crésus de Jean Giono,avec Fernandel en acteur principal , dans ce film le Jas des Agneaux était la demeure de Fine 
Il semblerait qu' en 1959 date du tournage du Film Crésus ce Jas se trouvait déjà en très mauvais état , il aurait été " rafistolé "  le temps du tournage ( propos recueillis auprès d'un habitant du Contadour ) 
Cet ensemble était composé de plusieurs bâtisses accolées dont les toitures étaient recouvertes de tuiles 
Du Jas des Agneaux , on aperçoit dans la plaine en contre-bas un très grand fayard " également  lieu de tournage  d' une des  scènes du film  "Un hussard sur le toit " de Giono 
Le Jas des Agneaux à également une très jolie vue sur le Géant de la Provence : Le Ventoux :)


Le Jas des Agneaux ( plus de clichés dans le diapo )


Le Ventoux


Le Pape Crête de Lure Altitude 1431 m  : Cairn pyramidale de pierres sèches 

Le Pape 

De superbes vues depuis le sommet du Larran ( ligne de crête de la Faye )


Ligne de crête de la Faye croisement des chemins 

Gentiane 

Le Pape et la ligne de Crête de la Faye photographiés du chemin partant vers le Jas de la Bouscarle 


Le Pape ici se croise un grand nombre de randonneurs 


Au loin le Ventoux depuis le sommet du Larran 


Sommet du Larran de ce point de vue , on peut , admirer au nord-et la Drome provençale , les Préalpes ,
le Vercors , les Ecrins et le Mercantour à l'ouest ;le mont Ventoux , au sud les monts du Vaucluse , le Luberon , la Ste Victoire et la Ste Baume 

Borie plaine des Chouscles 

Le Grand Fayard  lieu de tournage d'une scène du film le Hussard sur le toit 

Son tronc 

Ruines de la bergerie des Chouscles 

Ruines de la bergerie des Chouscles

Borie des Chouscles 

Borie des Chouscles

Quitter le Ravin du Font Brune qui fait suite aux Chouscles  et partir sur la gauche en prenant une draille qui grimpe sèchement pour arriver  au Jas de la Bouscarle 

Le Jas de la Bouscarle altitude " 1335 m "
Ce jas est composé d'une bergerie à 5 coupoles en encorbellement , montées sur arcs , comme celui des Terres du Roux 
Il est placé au-dessus de la combe , ce qui facilitait la surveillance des troupeaux, à l'abri du vent et du soleil 
A gauche de la bergerie , la cabane du berger , elle possède une cheminée , le toit est recouvert de tuiles canal , sur son linteau 1904 
Au dessus un muret d'enclos et de soutènement ; à gauche une citerne  qui à l'allure d'un puits enterrée  et creusée dans la roche , elle permettait de stocker les eaux de pluie récupérée par le chaînage de la toiture de la bergerie 
Jas de la Bouscarle
C'est dans ce Jas que le berger de Jean Giono gardait ses  brebis 
Intérieur de la bergerie de la Bouscarle 

L'une des cinq coupoles

Des madriers  en soutien de certains arcs 



Le Jas de la Bouscarle 
Le plateau du Contadour et ses chefs-d'oeuvre de pierres sèches
" texte extrait du livre " Le pays de Haute-Provence guide de découverte par les chemins ....
Nous allons traverser des paysages chers à Giono , des paysages qui l'ont véritablement habité 
Il les a largement arpenté et ils ont servi de cadre à certains de ses romans et nouvelles aussi bien dans la première partie de son oeuvre avant la guerre " Regain "  que par la suite " Le Hussard sur le toit " 
Ils constituent le véritable socle de sa Provence imaginaire 
Revenons au plateau du Contadour 
Ce plateau à 1200 m d'altitude  moyenne était un lieu de rassemblement traditionnel des troupeaux , on y comptait ( d'où son nom de Contadour ) les brebis avant la transhumance en montagne 
Il est encore tourné vers l'élevage 
Quelques bergeries servent encore de nos jours 
En s'élevant après la ferme de Tinette " dernier lieu habité " on est rapidement saisi par l'ampleur du paysage 
Dans le prolongement de la montagne de Lure , on découvre rapidement à l'ouest le Ventoux 
Après un passage dans une pinède on a le plaisir de découvrir le jas de l'art roman pastoral    aux quatre coupoles "  c'est à dire le Jas des Terres du Roux "
Il a été classé Monument historique en 1993 " il a été restauré par les chantiers de l'APARE  "
Ce fut l'une des premières bergeries à connaître cet honneur , signe des temps qui changent et de l' intérêt  pour le patrimoine rural 
Celle-là a une austérité cistercienne :)
C'est un ensemble complet en pierres sèches extrèmement harmonieux ; bergerie , cabane du berger , citerne et enclos 
Nous sommes en présence d'un chef -d'oeuvre de la technique de la pierre sèche , de la coupole et de l'arche 
La cabane du berger ; son principe de construction est simple et remonte au néolithique , on empile avec soin le matériau trouvé sur place , des pierres plates et calcaires 
On choisit celles qui , à la surface du sol , ont résisté au gel  et ne sont pas fêlées 
Elles sont sommairement taillées , puis assemblées en encorbellement , c'est à dire en léger décalage horizontal , comme un igloo de pierre , ce qui permet de refermer peu à peu en dôme  la toiture sur elle-même , sans avoir à étayer
On parle de clavage horizontal 
Cette technique ne nécessite ni mortier , ni échafaudage , ni clé de voûte 
Tout   est dans l'art de choisir et d'assembler les pierres 
L'extérieur est recouvert de lauzes , parfois avec une corniche , pour constituer une toiture 
Les murs doivent être très épais et penchés en arc-boutant , ( on dit alors qu'ils ont du fruit ) pour soutenir les masses énormes de la toiture 
Observer le fruit de la cabane du berger 
Ces cabanes que l'on appelle bories dans le Luberon , peuvent être de formes extrêmement variées, rondes , ou carrées , à partir du même principe de construction 
Cette technique simple dans son idée , mais nécessitant  une bonne expérience pour être mise en oeuvre correctement , est en train de se perdre et ne se pratique plus 
En général ces cabanes de berger et bergeries ne sont pas très anciennes et datent du siècle dernier 
Les cabanes en pierre sèche  sont communes dans tout le monde méditerranéen
La bergerie est plus complexe 
Elle a quatorze mètres de long 
Ses ouvertures sont en meurtrière, y compris la porte , pour être plus facilement bouchées  en cas de vent ou de froid important , car sur le Contadour , le temps n'est jamais fade :)

Cette bergerie est composée de quatre coupoles en encorbellement , mais ses coupoles communiquent entre elles , et , donc , reposent aussi sur des voûtes en plein cintre à clavage vertical , lié avec un mortier d'argile 
La porte latérale avec linteau de bois s'ouvre sur l'enclos
La toiture de la bergerie sert à récupérer les eaux de pluie  qui sont amenées à une citerne circulaire à l'extérieur 
En construisant une bergerie , on faisait d'une pierre trois coups 
1)  : elle servait d'abri à quelques deux cents brebis , sur un plateau venté o* les écarts de température sont importants 
2)  : elle alimentait en eau  des lieux sans source 
3) : enfin sa construction permettait d'épierrer les champs et de gagner du pâturage
Il existe sur le plateau d'autres bergeries en pierres sèches ( voir diapo )
On peut également  en découvrir ( ce sera mon prochain billet ) de nombreuse dans la montagne de Lure , au-dessus des villages de Saumane  et de Lardier dans les Alpes de Haute-Provence  
Ces longues bergeries de la montagne de Lure représentent un patrimoine exceptionnel et unique 
Architectures sans architecte , elles témoignent de l'ingéniosité des bergers et des paysans , et sont la preuve d'une authentique civilisation rurale de la pierre sèche , hélas en voie de disparition 

samedi 21 novembre 2015

Le Vieux Redortiers ,village abandonné des Alpes de Haute Provence , chemin de la pierre sèche " clichés et diaporama "

Donjon  " XIIeme "  château du  Redortiers 
Ci-dessous diaporama légendé 


Moutons en transhumance route de Banon 
Champs de lavande au Contadour chemin du Vieux Redortiers
Chemin du Vieux Redortiers
Borie du village du Vieux  Redortiers
Chemin du Vieux Redortiers
Le cimentière du Vieux Redortiers
Tombes du cimetière du Vieux Redortiers
Vue sur le paysage  et le cimetière depuis le haut du Vieux village de Redortiers 
Le donjon du château du Vieux Redortiers
Zoom
Vestiges du Vieux village de Redortiers 
Calade mangée par la végétation et murs de restanque 
Fontaine de l'oiseau 
Intérieur de la fontaine de l'oiseau 
Aire de battage 
La météo change vite ....
Moutons au Contadour 
Ferme hameau du Contadour 


Vestiges d'un moulin au Contadour 
Eglise St Jean Baptiste  " le Contadour " 

 La maison du Moulin " Redortiers " ayant  appartenu à  Jean Giono 

Le rucher de Giono 

Ci-dessous la ferme des Graves  elle est située au Redortiers

 Cette ferme était à l'origine la propriété de la famille Coulomb. Suite au dépeuplement précoce de Redortiers au xixe siècle, la famille abandonne la maison. Cependant, en partant, les propriétaires ne démontent pas le toit (pratique courante pour échapper à l 'impôt,) contrairement à la majorité des habitants de Redortiers .
C'est ainsi que lorsque des amis de Jean Giono la découvrent dans les années 30, elle est encore en très bon état après pourtant presque cent ans d'abandon, alors que le village de Redortiers  est déjà en ruine. Séduits par le lieu et souhaitant redonner vie aux villages désertés de Haute Provence comme Redortiers, ils achètent la ferme.
Le bâtiment, bien conservé, a été inscrit au titre des monuments historiques en 1996




Ferme des Graves 


Ferme des Graves 
Le Contadour , commune de Redortiers " altitude  950 m "
80 habitants estimés en 2007
Redortiers est une petite commune éclatée en habitats dispersés , dont le hameau du Contadour constitue le centre avec la mairie
Dans le hameau le Contadour on peut encore voir la maison et le moulin qu'occupait Jean Giono

On arrive en face de la petite église St Jean Baptiste
Le plateau du Contadour est un haut lieu du gionisme
Lorsque Jean Giono écrit son livre " Regain " en 1929 , il situe l'action en un lieu qu'il nomme "Aubignane "
Ce lieu voué à la ruine existe bien , car il s'en est inspiré pour créer " son Aubignane "
Il s'agit de Redortiers , un village abandonné dans les Alpes de Haute Provence , près de Banon
Seuls subsistent trois personnes qui assistent à la mort inexorable de la bourgade où ils sont nés
Lorsque Marcel Pagnol en fera un film en 1937 , il l'appelle aussi Aubignane
Jugeant les ruines du Vieux Redortiers trop dangereuses , il fait construire pour les besoins du film des ruines sur les barres du St Esprit , dans le massif du Galarban
Pour me rendre au village en ruines du Redortiers , je fais le choix de partir du hameau du Contadour *, car ensuite je  partirai à la découverte des chefs-d'oeuvre de pierre sèche du plateau du Contadour : les bergeries , en attendant  c'est du vieux village de Redortiers dont je vous parlerai :)
* On peut aussi partir à la découverte du village en ruines  le Redortiers en partant du village abandonné de Montsallier le Haut en passant par la fontaine de l'Oboeuf : ICI
Se rendre à Banon , puis prendre la direction du Revest du Bion , à un carrefour se diriger vers le Contadour , , puis se stationner devant la mairie " panneau explicatif "  Le point de départ de cette randonnée se fait au niveau de l'église St Jean Baptiste , prendre ensuite un chemin qui s'offre à droite , poursuivre  ce dernier sans jamais le quitter il vous conduira jusqu' au vieux village ruiné le Redortiers
Redortiers vient de de " redorte " qui en occitan provençal , désigne , les arbustes à branches souples qui pouvaient servir à lier les fagots
Il est situé sur un éperon rocheux  à 1047 m altitude la vue y est superbe sur les plateaux de la Haute Provence
Comptant environ 500 habitants au milieu du XIX e siecle , il est abandonné après la guerre de 1914-1918
De nos jours seules quelques anciennes ruelles caladées , sont encore visibles , une aire de battage , des murs de restanques qui autrefois abritaient jardins ,  des cultures ou  des verger , les vestiges d'anciennes bastides , le donjon de la  tour de guet du château du XIIeme , quelques puits ou citernes  servant à capter les eaux de pluie , le petit cimetière entouré d'un mur de pierre sèche quelques stèles émouvantes avec les noms encore visibles datés de 1883 et 1918 , du cimetière prendre un chemin en lacets à peine tracé qui conduit à la fontaine de l'Oiseau c'est le vieux lavoir du village toujours alimenté en eau il est dans le vallon de la Croix , sur la droite de la butte , direction l'Hurban , cette superbe fontaine a été magnifiquement restaurée
Les murs et la calade d'accès au village ont été restaurés par des chantiers de jeunes en 2005 , mais déjà la nature reprend le dessus , difficile alors de pouvoir trouver le presbytère avec sa croix sur le linteau de la porte ou l'auberge du Lion d'Or  reconnaissable à ses grands pans de murs ou les vestiges de l'église restés cachés sous la végétation devenue maîtresse des lieux
En Provence , rien , n'est plus beau qu'une fontaine , " encore plus " lorsque l'on est dans Lure
Cette fontaine à nulle autre pareille est un cabanon dans un vallon , avec une voûte en ogive , dissymétrique
Comme les bergeries d'ici , elle est couverte de lauzes
Au fond quatre canons crachent dans un abreuvoir dont l'eau se jette dans un lavoir perpendiculaire , cette eau captée est inutilisée sauf pour le randonneur qui vient la découvrir ............
Le texte suivant  est  extrait du livre: Le Pays de Haute Provence , guide de découverte par les chemins .............
 Ce village de vieux lignage est mentionné dès 1160
Son histoire est paradoxale et mérite d'être contée
Il était prospère avant la Révolution
Il a eu jusqu'à 500 habitants  au XVIIeme s
Ses habitants , peu imposés , par le seigneur de Redortiers , avaient de beaux troupeaux de brebis  et de porcs  qui pouvaient pâturer librement sur les 8000 hectares de la commune
Le bois était  en libre utilisation
Après la Révolution  tout change , c'est la catastrophe , les habitants perdent la libre jouissance de leur territoire et sont taxés par les nouveaux propriètaires des biens fonciers
Ils se ruinent en procès , l'auberge ferme , et l'église d'effondre
C'est le déclin irrésistible
Le village deviendra un simple hameau et sera abandonné vers 1880
Le cimetière sera même transféré au Contadour après la guerre de 14-18
Le dernier habitant de Redortiers mourut en 1918 " c'était un très vieux berger qui ne manquait pas d'allure ( Jean Barruol 1924 )
Sont encore visibles les salles voûtées de la tour de guet au sommet du village
Redortiers est le village que Jean Giono appelle Aubignane dans Regain ( 1930) , c'est l'histoire d'un village qui se meurt en Haute Provence  et renaît grâce à une femme
De Redortiers au Contadour " attention chemin remarquable !
Derrière le donjon du château on peut remarquer l'emplacement des jardins et de l'aire de battage

Ensuite le chemin remonte droit au nord en suivant le faîtage d'une petite crête
Il est bordé d'imposants clapiers d'épierrage des champs , témoignage de la bataille permanente des paysans  et des bergers d'ici pour gagner de la bonne terre dans ces pauvres pays
Ici la pierre sèche règne  en maître
Elle fascine , cette belle pierre de calcaire blanc , cette pierre lumineuse , éblouissante , chaude de tout le soleil qu'elle entasse , sonore comme une sonnaille
Mais elle est l'alliée du temps inexorable , tout ce qui est sorti de la pierre retourne à la pierre
Plus loin , au milieu d'une forteresse de remparts d'épierrage apparaît une " belle borie en pierre sèche " sur une terrasse gagnée sur la rocaille "clichés diapo"
Elle pouvait servir de remise , de cabane  pour le berger , le paysan , la mule  ou quelque bête malade
On est au pays de la pierre sèche , cette technique d'assemblage des pierres ,  sans liant paraît simple , mais en fait , elle requiert beaucoup de travail et un savoir faire plus que pointu
Le chemin se poursuit dans dans une belle végétation , viornes , chênes et hêtres , désert lavandier livré au vent et au soleil