Earth has no sorrow that earth can not heal
John Muir
John

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Photographier ou peindre , c'est aimer autrement ....

Translate


Ma liste de matériel pour une rando/bivouac de plusieurs jours( CLIC) image

Vous trouverez en toute fin de blog ,
classés par ordre alphabétique ,
tous les libellés des billets publiés

Mon blog rando " CLIC "

Mon blog rando " CLIC "
Mon blog rando " CLIC image "

Clic image pour accéder à ma chaîne Youtube

Clic image pour accéder à ma chaîne Youtube
Clic image pour accéder à ma chaîne Youtube

samedi 19 septembre 2020

Tour du Mont Lozère part : 5 Le Pont de Montvert au Mas Camargues plaine du Haut Tarn

Au petit matin
Direction le hameau de l'Hôpital
Je quitte le GR 72  pour la draille du  hameau de l'Hôpital , j'espère qu'il y aura de l'eau à l'une des fontaines 
Une seule est encore alimentée par un mince filet d'eau
Le Mas Camargues classé patrimoine UNESCO 
Ce mas à l'architecture étonnante est le point de départ d'un sentier qui plonge le promeneur dans l'atmosphère très particulière de la plaine du Haut Tarn ( ce sera le prochain billet et diaporama : part : 6)
Le nom de Camargues étonne sur ces hautes terres 
Est'elle lié à la transhumance qui depuis toujours attire les troupeaux des plaines du Languedoc ? ou s'agit'il d'une référence plus précise aux sièges camarguais des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem , puis de l'ordre de Malte ? 
Dès le Moyen Age , cet ordre religieux et militaire a en effet reçu en donation de nombreuses terres sur le Mt Lozère 
Quelles que soient ses origines , Mas Camargues  constitue un domaine agricole de plus de 100 hectares très prospère au XVIIeme et qui le reste jusqu'à la veille de la Grande guerre 
Des bâtiments qui en imposent 
Le bâtiment principal  surprend par ses dimensions et sa façade en pierre  de granite soigneusement taillées , surmontée d'une corniche galbée 
On trouve mention du prospère domaine de Mas Camargues dès le XVeme 
Cependant la confuguration actuelle des bâtiments date de la fin du XIXeme comme l'indique la date gravée sur un linteau 
Moulin 
Il s'agit d'un moulin hydraulique  destiné à la mouture des céréales  essentiellement du seigle 
Comme la grande majorité des moulins du Mont Lozère , il possédait une roue horizontale , simple à mettre en oeuvre avec peu de hauteur d'eau 
Mentionné dès le XVIIeme , il rendit ses derniers services durant la seconde guerre mondiale 
On peut encore observer la meule dormante sur laquelle la meule tournante ( disparue ) broyait le seigle 
Machine hydraulique moderne 
Ce bâtiment très semblable au moulin précédent , avait une fonction toute différente qui témoigne de l'avance technologique du Mas Camargues à la fin du XIX eme 
Une alimentation en eau  par-dessus entraîne une roue verticale à aubes , offrant ainsi plus de puissance que le moulin précédent 
Le bâtiment abrite seulement le moteur , l'utilisation de l'énergie produite se faisait à l'extérieur , il faut imaginer une longue courroie transmettant son énergie à une batteuse , placée sur le sol dallé de l'air de battage , pour séparer les grains des épis 
Cimetière de famille 
Dans une petite parcelle enclose d'un muret de pierres sèches  se trouve un seule tombe sans ornements d'une fillette décédée en 1905 
Cette simple dalle de granite nous rappelle la tradition protestante 
Conséquence de la Révocation  de l'édit de Nantes en 1685 , cette pratique de sépulture privée s'est généralisée  lorsque le cimetière du village fut réservé aux seuls catholiques 
Aujourd'hui encore , certains protestants font le choix d'être inhumés dans leur jardin ou leur champs 
Construits pour permettre le franchissement du canal ( béal qui alimentait les moulins du Mas Camargues ) par les chars à boeufs  et les troupeaux , plusieurs petits ponts de ce type ont été réalisés en dalles  de granite 
Avant que la piste actuelle ( GR 72 )  ne soit ouverte , le chemin de l'Hôpital à Bellecoste passait ici en amont du Mas Camargues 
A droite de ce cliché se trouvait le potager 
Gourgue et béal 
Pour alimenter les moulins avec un volume d'eau suffisant et surtout stable , un réservoir a été aménagé à l'aide d'une levée de terre et de pierres 
Une dalle , percée d'un trou , permettait l'écoulement des eaux 
Un rondin ( cliché )  de bois emmanché d'un bâton faisait offiv=ce de bouchon , prêt  à ouvrir  quand un travail de mouture ou de battage était prévu 
En amont et en aval de ce réservoir , on peut suivre le béal  qui est un canal d'amenée d'eau  depuis le Tarn jusqu'aux moulins ( prochain billet et diaporama part : 6 )
Ce système a été préféré à l'utilisation directe des eaux du Tarn trop dangereuses par les violents crues quelles connaissent 
Le potager entre  réservoir et la Mas Camargues
Chaos  entassements de blocs et de boules de granite , jouant parfois les équilibristes 
On parle de chaos , formations géologiques issues d'un long processus de fracturation et d'érosion du granite dû au vent , gel et précipitations on peut voir le Pic Cassini ( 1680 m ) 
Ci-dessous diaporama que j'avais parcouru l'automne dernier 
Un autre petit pont sur le béal
Ci-dessous diaporama de cette étape 

samedi 12 septembre 2020

Tour du Mont Lozère :Part : 4 : La Croix des Faux à Florac par la Cham des Bondons et chemin des Menhirs , hameau des Combettes , Echine d'Aze

Une promenade à la découverte  du mégalithisme , l'un des phénomènes les plus mystérieux de la fin du néolithique
Il y a 5000 ans  des groupes d'humains s'installent et marquent le paysage de la Cham des Bondons  en érigeant des mégalithes imposants monuments de pierre 
Avec près de 200 pierres dressées connues à ce jour , ce site constitue l'une des plus imposantes  concentrations de menhirs de France 
Long de 5 km , le sentier révèle une partie de ces monuments et offre un magnifique panorama sur les Causses 
 " faisant le GR 68 je n'ai  fait que la partie se trouvant  sur ce GR "
Ici : Pierre des trois paroisses 
Le plus majestueux des menhirs de ce secteur est connu sous le nom de " Pierre des trois paroisses "  en référence au point de jonction entre les communes des Bondons , d'Ispagnac et de St Etienne du Vadonnez 
Beaucoup d'hypothèses  sont émises sur l'origine des menhirs , des plus rationnelles aux plus ésotériques , mais ils gardent une grande partie de mystère 
Ces pierres pesant souvent plusieurs tonnes ont été extraites, mises en forme , déplacées parfois  sur des km avant d'être érigées 
Dans quel but ? L'archéologie permet de retrouver des indices sur la vie quotidienne des hommes de la préhistoire mais leur conception du monde et leur spiritualité restent en revanche en grande partie méconnues 
Puechs d'Allègre et de Mariette 
Ces excentricités naturelles , aux formes généreuses , rappellent à certains des attributs féminins 
Furent t'ils à l'origine d'un culte de la fécondité , et associés aux menhirs et à leur silhouette phallique ? 
D'après la légende , c'est Gargantua  qui aurait donné naissance aux puechs en décrottant ses sabots 
Géologiquement , la Cham des Bondons  appartient au causse de Sauveterre auquel elle est rattachée  par le Col de Montmirat 
La Cham , calcaire repose sur le socle  granitique du Mont Lozère offrant des paysages remarquables , notamment l'Eschino d'Aze  et les puechs , buttes aux marnes noires truffées de fossiles évoquant les dos d'âne 
Le dolmen des Combes 
Parmi les monuments mégalithiques , les dolmens sont mieux connus  que les menhirs 
Ils sont liés à des pratiquent funéraires à partir de -3500 ans ans ( fin du néolithique ) jusqu'à - 200 ans avant JC 
Dans  ces sépultures collectives , les morts sont déposés avec quelques objets personnels 
Les pratiques funéraires offrent de précieux indices sur les croyances et l'organisation d'une société ancienne 
Ces monuments  sont souvent positionnés dans des endroits dominants , rappelant  certainement aux vivants le souvenir des anciens 
Le dolmen des Combes , à chambre simple , a été réemployé à l'âge de bronze comme en témoignent les restes d'une incinération retrouvée lors de sa fouille 
Chabusse 
Après une brutale rupture de la pente , le replat de Chabusse avec ses trois beaux menhirs et une quatrième , modeste et incomplet , porte des traces d'occupations successives 
Le docteur Charles Morel qui publie en 1940  le premier inventaire des menhirs de la cham des Bondons , rapporte  qu'une grande hache en granit poli a été trouvée ici 
Cet élément et d'autres , , découverts plus récemment " silex taillés , pointes de flèches , grattoir etc ..", confirment une occupation humaine  contemporaine des menhirs 
Sur ce même site , la fouille de deux tumuli a livré des restes d'inhumations multiples ( ou d'ensevelissements d'os )  associés à des objets dont la datation va de l'âge de bronze au début de l'occupation romaine 
La région est parsemée de failles responsables de la présence de minerais 
Localement , on trouve plus particulièrement de la barytine , mais aussi du zinc et du plomb argentifère 
Des analyses scientifiques , faites au niveau des tourbières , attestent une exploitation du plomb voici 2500 ans , puis à nouveau mille ans plus tard 
Récemment , un gisement d'uranium a été exploité sur la commune des Bonbons 
La présence de menhirs juste au-dessus du filon a conduit certains à associer mégalithisme et tellurisme  sans que cela ne soit prouvé scientifiquement 
Le hameau des Combettes 
Comme son nom l'indique , le village des Combettes est abrité  dans une dépréssion 
L'exposition présentée dans le four communal souligne l'installation tardive des premiers hommes sur le Mont Lozère 
An néolithique final , 3500 ans avant notre ère , la région des Grands Causses est fortement occupée du fait d'une expansion démographique 
Les premières communautés  agropastorales s'installent , créant  fermes et villages et défrichant l'espace pour les  cultures céréalières et l'élevage , tout en s'adonnant encore à la cueillette et à la chasse 
Ces groupes d'humains  sont à l'origine du mégalithisme 
L'âge des métaux met par la suite un terme à l' édification de monuments mais conserve encore l'usage des dolmens
L'Eschino d'Aze " l'échine d'Aze"
Géologiquement , la Cham des Bondons qui porte de nombreux menhirs appartient encore au Causse du Sauveterre  auquel elle est rattachée par un isthme calcaire : le col de Montmirat 
Cette série sédimentaire jurassique repose sur le socle cristallin du Mont Lozère et offre des paysages remarquables notamment l'Eschino d'Aze et les puechs , buttes témoins où les marnes noires truffées de fossiles sont protégées par les startes calcaires dolomitiques 
L'Eschino d'Aze , montagne aussi régulière que le dos d'un âne 
Regard arrière ( descente sur Florac )