Vous trouverez en toute fin de blog ,
classés par ordre alphabétique ,
tous les libellés des billets publiés
L'histoire du chemin sera réécrite
par chaque personne
qui s'y engagera
Andy Goldsworthy

Translate

mercredi 15 février 2017

Habitat semi-troglodytique entre les Rescalets et le vallon de la Sénancole billet n°2

Tout commence au milieu des restanques 
Seules les plus vaillantes s'accrochent au terrain très escarpé 

Enclos certainement destiné aux moutons 
Les restanques se succèdent et donnent accès à la baume qui abrite cette habitation 
Draille  reposant sur un muret de soutènement 
Poursuivre sous la baume 
La baume est très érodée 
On commence à apercevoir cet abri sous roche 
Un peu plus visiblement ..
Dans sa presque totalité :)
La baume contre laquelle cet abri est bâti 
Façade ,  on peut voir la première rangée de lauzes en bordure de toiture
Nous sommes maintenant face à l'entrée de cet abri sous roche
Je trouve cet abri de berger  très touchant  , sur la gauche quelques murets, sans doute une bergerie 

On peut voir sur ce cliché ( c'est , le  sommet de la toiture ) l'emplacement qu'occupaient les lauzes  ( il reste encore  le premier rang ) 
Le temps n'épargne rien , surtout pas ces édifices rendus fragiles face aux éléments ,face  à la végétation qui reprend ses droits et surtout  face ( le pire pour moi ) à l'oubli pour le " petit " patrimoine  rural :((
On entre ? 
Intérieur de cet abri sous roche , il est  très élégant  malgré  le planché du deuxième étage qui a disparu , il possède deux pièces 
Emplacements destinés aux  rangements  d' une pièce à vivre  
A gauche  l'accès vers la deuxième pièce 
Accès à la deuxième pièce
En haut à  droite  la petite et unique fenêtre du deuxième étage 

Détail : roche de la baume et mur de cet habitat 
Vue très limitée , je ferme les yeux et imagine les bacaous plantés de vigne ..... .
Encadrement de fenêtre du deuxième étage 
Détail : le mariage des petites  pierres à  la baume 
Sous la baume on peut encore voir quelques reliquats de construction , certainement une bergerie 
Au-dessus de la baume attenant aux restanques un abri ' l'ouverture ne devant pas dépasser les 0.50 cm ( trop étroit pour que je puisse m'y glisser :)
Pour redescendre je longe de superbes baumes , au-dessous ,  parmi les restanques parfois effondrées , les ruines d'une borie sous laquelle se trouve  une cuve vinaire 
On peut  voir encore quelques pans de cette  borie qui recouvrait et protégeait   une cuve vinaire  
On voit l'orifice de cette cuve vinaire taillée dans une roche  par lequel s'écoulait le vin ( au-dessus du S de Sacha ) le tout est encore enserré dans un dédale de restanques sur un terrain escarpé 
La cuve vinaire comblée par les pierres de la borie qui servait à la protéger 

8 commentaires:

  1. Extraordinaire découverte que tu nous fais vivre de façon très détaillée ...Comme toi cela me fait peine de penser que tout s' en va ...le travail des hommes autrefois était si dur et ce qu' ils faisaient était si bien fait ...avec beaucoup de belles techniques et du goût ...Il faudrait pouvoir redonner un semblant de vie ...mais tout cela n' est qu' un rêve ...:-)
    Merci Sacha et bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou , Mathilde :)
      Il est vrai que tout doucement ce petit patrimoine s'éteint dans presque l'indifférence ...Chaque année j'essaie de faire des circuits englobant la pierre sèche , mais très souvent ce que j'avais pris en photo ou seulement les souvenirs que j'en avais sont amèrement remis en cause quelques sujets résistent d'autres ne deviennent plus que clapa ...misère .
      Bisous , Mathilde :)
      Bonne semaine à toi
      Sacha

      Supprimer
  2. Magnifique endroit. Merci à vous pour ces belles photos et pour le partage de vos surprenantes découvertes lors de pérégrinations loin des sentiers battus. Combien de personnes passent encore par ces lieux isolés ? birgit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Birgit ,
      Encore de nombreux " amoureux et passionnés de pierre sèche " viennent par leur passage rendre hommage à ce petit patrimoine et à leurs bâtisseurs anonymes , cela ne restent que leur seule fenêtre encore ouverte sur une société qui ne regarde plus en arrière
      Bise
      Sacha

      Supprimer
  3. Bonjour Sacha,

    Je trouve cela très intéressant, j'aurais aimé visiter cela avec toi pour avoir tous les

    renseignements. C,'est vrai que c'est dommage l'oubli de ces restes d'une présence humaine dans ces lieux.

    J'aime l'histoire ancienne.

    merci Sacha,
    À bientôt,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nadia :)
      J'ai beaucoup de plaisir à partager ces quelques clichés encore plus lorsque cela fait plaisir à d'autres personnes
      Merci à toi :)
      Sacha

      Supprimer
  4. Quelle richesse, quel témoignage du passé. Peut-être en secouant les puces au Patrimoine, ils réagiraient et restaureraient ces bijoux.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour , Nadezda :)
    L'APARE fait beaucoup pour la sauvegarde de la pierre sèche ,grâce à eux de nombreux sites ont repris vie et peuvent témoigner d'un passé très riche en petit patrimoine rural , ils sont très sollicités mais malheureusement ils ne peuvent pas à eux seuls " tout sauver "
    Bon weekend , Nadezda :)
    Sacha

    RépondreSupprimer

Tant d'espandimen de naturo pago largamen dou matrassant camin