Vous trouverez en toute fin de blog ,
classés par ordre alphabétique ,
tous les libellés des billets publiés
Je ne voyage pas pour aller quelque part , mais pour voyager
Je voyage pour le plaisir du voyage
L'essentiel est de bouger
d'éprouver d'un peu plus près les nécessités et les aléas de la vie
de quitter le lit douillet de la civilisation et de sentir sous ses pieds le granit terrestre avec par endroits , le coupant du silex .
Robert Louis Stevenson " Voyage en Cévennes "

Translate

vendredi 28 juillet 2017

Clèdes et bancels " Sentier moulin du Bougès " Vallée Cévenole

Je reprends le sentier pentu ponctué de  lacets  que gardent jalousement de fières  bancels qui résistent au mieux  au temps et caprices des pluies cévenoles  , sentier que  j'avais laissé  "ICI"
Sur ce chemin un grand nombre de clèdes sont encore visibles malheureusement elles ne sont plus que vestiges ...
Une seule est encore en bon état mais fermée , j'avais espérée pouvoir en photographier l'intérieur .
Clichés ci-dessous , devant elle comme un gardien ( un vieux gardien ) un châtaignier hors du temps , un rêve éveillé , un miracle de la nature ou la puissance du vouloir à tout prix vivre pour ne pas être séparé de sa petite clède :)
Avant de vouloir m'en aller découvrir cette région , je ne connaissais  pas ces petites bâtisses 
Une clède , est un séchoir à châtaignes situé au coeur ou à proximité d'une châtaigneraie 
Petite maison à deux niveaux séparés par un plancher ajouré : des claies sur lesquelles on déversait la récolte de châtaignes en un tapis épais et régulier ( 50 cm )
Au rez-de-chaussée, un feu était allumé sur la terre battue et entretenu nuit et jour pendant 4 à 6 semaines 
Ce feu  devait produire que de la fumée et non des flammes 
Cette fumée  s'infiltrait à travers le clayage  et desséchait peu à peu les châtaignes 
Après cette dessiccation suivie du décorticage des peaux , pour obtenir des les châtaignons blancs , elles se conservaient toute l'année , elles peuvent alors être moulues en farine , elles servaient d'aliment de base aux paysans mais également aux bêtes ( les brisures )  
Au hameau de l'Elzière (rando de la  combe aux chats ) une clède se trouve sur le parcours 
Le mot clède est la francisation de l'occitan " cléda " qui désigne une claie  
La seule clède en bon état sur le sentier du moulin du Bougès " Lozère "
Sa toiture ( lauze ) est couverte de mousse 
Son compagnon de tous les jours ce châtaignier aux formes tourmentées 








Je reprends le chemin accompagnée par les bancels qui  retiennent la terre des  parcelles pentues plantées de châtaigniers   ou encore vaillantes pour garder le tracé des anciens chemins  qui reliaient autrefois les hameaux perdus de Lozère



Autres clèdes  ( vestiges ) comme toutes celles que je croiserai au fil du chemin




















Le moulin du Bougès 
Actuellement propriété privé
Ruines attenante au moulin 
Ci-dessous toiture du moulin 
Ci-dessous coule la rivière " La Mimente "

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tant d'espandimen de naturo pago largamen dou matrassant camin